TV

Une autre finale pour Maxence Parrot


Plus rien n’arrête Max Parrot en Chine. Champion du slopestyle en début de semaine, il pourrait mettre le grappin sur une autre médaille d’or olympique au grand saut. Ce serait un exploit extraordinaire pour celui qui a vaincu le cancer il y a deux ans.

Lundi, le Québécois a exécuté un second saut impérial aux yeux des juges. Une réussite qui lui a permis de prendre le premier rang à l’issue des qualifications.

Son «frontside triple cork 1620 weddle» a fait réagir la foule. Hyper heureux de l’avoir exécuté à la quasi-perfection, il a mérité un pointage de 86,5 points. Seuls quatre planchistes ont mieux fait dans la journée. Mais Parrot l’a réussi au moment opportun.

«Je ne voulais pas nécessairement terminer au premier rang en qualifications. Je visais vraiment de gagner mon billet pour la finale. C’est un plus de terminer au sommet. Maintenant, je dois faire encore mieux en finale», a indiqué avec justesse le planchiste de 27 ans.

Haut voltige à venir

Car si les juges ont fait preuve de sévérité dans cette épreuve, tant chez les femmes que les hommes, ils demanderont à être ébloui en finale. Rien de moins. Il pourrait devenir le premier planchiste à gagner deux épreuves dans les mêmes Jeux.

Selon les compétiteurs, des manœuvres impliquant plus de cinq rotations complètes seront exigées pour grimper sur le podium.

«Il faut des sauts avec des 1800 degrés ou 1980 degrés bien maîtrisés sans que les mains touchent à la neige à l’atterrissage. On a vu que les juges sont sévères. Ils veulent des sauts difficiles et propres, a expliqué Parrot.

«Ce sera un gros défi d’en sortir des quasi parfaits. Je sais que je suis capable, car je les ai dans ma poche. Je dois les réussir au bon moment. La médaille d’argent ne m’intéresse pas. Je veux l’or.»

Attention à McMorris

Pour être couronné, il devra se méfier des Japonais Otsuka et Kunitake ainsi que du Norvégien Kleveland. Mais surtout de son coéquipier Mark McMorris.

Celui-ci tente de devenir le premier planchiste à gagner quatre médailles olympiques. Le champion du monde en titre de big air possède toutes les munitions pour grimper sur la plus haute marche.

Celui qui a créé la controverse en critiquant le pointage de Parrot au slopestyle n’a pas dit son dernier mot, cette fois sur la piste.

«C’est une nouvelle compétition. Il faudra réussir deux excellents sauts impliquant des 1800 ou 1980. Encore là, les manœuvres devront être bien exécutées. C’est bien de multiplier les rotations, encore faut-il bien les faire.

«On ne sait jamais aussi la qualité de la surface d’atterrissage. Il faudra s’ajuster. Ce sera une belle finale. Ça promet.»

Parmi les planchistes ayant participé à la qualification, cinq ont tenté des manœuvres dans le rayon des 1800 degrés. Trois d’entre eux les ont réussis, dont Otsuka, le Chinois Yiming Su et Kleveland.

La finale féminine se mettra en branle dès 20 h 30 lundi soir. Les hommes suivront en toute fin de soirée.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.