TV

Simon Kean se méfie du piège


Bien conscient du piège se présentant à lui, le boxeur québécois Simon Kean ne veut pas revivre face à l’Américain Shawndell Terrell Winters, samedi, sa mésaventure de l’automne 2018 et il dit respecter son prochain rival au plus haut point.

Les deux hommes en découdront durant la demi-finale du gala d’Eye of the Tiger Management prévu au Cabaret du Casino de Montréal. 

• À lire aussi: Gala à huis clos pour Eye of the Tiger Management

• À lire aussi: Gala d’EOTTM : davantage de précisions

Comme l’a déclaré il y a quelques semaines son entraîneur Vincent Auclair dans le communiqué de l’organisation, Kean (20-1-0, 19 K.-O.) devra demeurer concentré jusqu’à la fin, lui qui a signé cinq victoires consécutives après avoir perdu par K.-O. contre Dillon Carman il y a plus de trois ans. Effectivement, Winters (13-6-0, 12 K.-O.) est un pugiliste en mesure de causer des ennuis à ceux le prenant à la légère.

«Il faut toujours se préparer au meilleur de leurs performances. On ne sait pas comment le gars va se préparer et arriver là-bas. Je l’ai vu faire cinq rounds contre un ancien champion du monde, Joseph Parker. Il avait été très bon, les quatrième et cinquième, je lui donnais. Il s’était fait passer le K.-O. au cinquième, mais il faisait bien. On a vu ses habiletés, a déclaré le Trifluvien au balado La Dose, lundi. On ne le sait pas, mais il peut arriver au meilleur de sa forme. Je me suis fait avoir par Dillon Carman. Je m’attendais à ce qu’il ait peur de moi. Il est arrivé préparé et m’a surpris.»

Prêt à faire face à la musique 

Néanmoins, Kean a voulu se montrer rassurant quant à sa condition physique. Il dit être dans d’excellentes dispositions à quelques jours de son premier duel depuis le 4 juin.

«Ça va très bien pour ma préparation, ma “game shape” est là. Je me tiens toujours en forme, je suis tout le temps prêt. Quand un combat s’en vient, je n’aime pas commencer les camps d’entraînement en retard. Si tu n’es pas prêt au camp, tu sens que tu pars de loin, a-t-il commenté. Même si je suis un poids lourd, j’ai une limite de poids [260 lb] que je ne veux pas excéder.»

«Pendant les Fêtes l’an passé, les gyms étaient fermés à cause de la pandémie. J’habitais Laval, mais ma famille est à Trois-Rivières et je suis allé là pour rejoindre les gens. Quand je suis revenu, je n’avais pas de gyms et pas de balance. Je semblais vraiment dépasser les 260 lb. J’avais écouté le Super Bowl avec du saumon et des asperges! Après ça, j’ai eu une grippe ou quelque chose du genre, et je ne pouvais pas voir personne», a-t-il rigolé en précisant afficher un poids approximatif de 252 lb.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.